+33 1 84 79 38 30   |   contact@idecsi.com

  • Presse

Press coverage

Notre limite, c'est le manque de temps...
Daniel Rezlan et Daniel Benabou, fondateurs d'IDECSI, solutions de sécurité informatique

Le Parisien - Interview réalisée par Bénédicte Alaniou - 2015

DR-DBAprès une carrière de plus de 25 ans en entreprise, Daniel Rezlan, 51 ans, et Daniel Benabou, 48 ans, découvrent avec enthousiasme la vie de créateurs d'entreprise. Les associés - « Entreprendre à deux, c'est beaucoup plus agréable, nous sommes très complémentaires »- se sont rencontrés chez Venteprivée.com où ils ont vécu l'incroyable expansion du site. « On est passé de dix millions d'euros à un milliard d'euros de chiffre d'affaires », rappelle Daniel Benabou qui s'occupait du marketing. Daniel Rezlan, l'informaticien du duo, lui avait déjà créé une première entreprise, revendue en 2008, et avait très envie de replonger. En 2011, ils créent IDECSI, une entreprise dédiée à la protection des boîtes mail des dirigeants. « Enormément d'informations sensibles sont échangées de cette façon, explique Daniel Rezlan. Nous avons mis au point un système d'alarme qui garantit qu'aucune intrusion ne peut se produire. »

Elogieux sur l'écosystème français

Deux ans de recherche et de développement ont été nécessaires pour mettre au point le prototype qui leur a permis d'être classés Jeune entreprise innovante. Le duo ne tarit pas d'éloges sur l'écosystème français d'accompagnement et de financement. « Que ce soit chez Bpi, qui nous aidé à financer 50 % de la phase de recherche, ou au Ministère de la Recherche, nous avons eu des interlocuteurs très impliqués et réactifs », souligne Daniel Benabou.

Depuis septembre 2013, ils sont entrés dans la phase de commercialisation de leur système. « Il faut d'abord procéder à un audit détaillé pour déterminer quels sont les comptes sensibles et qui possède un accès autorisé, détaille Daniel Rezlan. En dehors du top management, un ingénieur ou un commercial qui travaille sur un projet important pour l'entreprise peut avoir besoin de protéger sa boîte mail. » IDECSI facture son « bouclier » sur la base d'un abonnement mensuel de 83 EUR hors taxe par salarié concerné. La moindre intrusion déclenche une alarme.

Les effectifs vont doubler

D'une grande simplicité d'utilisation, le système d'IDECSI « qui s'installe en deux heures et est immédiatement opérationnel » repose sur le « protect and forget » (NDLR : Protéger et oublier en anglais). Il a déjà convaincu des grands comptes comme SFR, Sodexo, ADP ou la SNCF.

En 2015, la start-up se prépare à lever des fonds pour partir à la conquête des Etats-Unis. « C'est un marché dix fois plus gros et où il n'existe pas de solution équivalente », constate Daniel Benabou. Grâce à « US Market Entry », un organisme qui réunit notamment Bpi, Ubifrance, l'INPI et la Coface, IDECSI bénéficie d'un accompagnement de quatre mois pour réaliser une étude de marché et effectuer un séjour de 15 jours sur place pour rencontrer des clients potentiels et des fonds d'investissement. A terme, l'un des deux partenaires s'installera à plein-temps outre-atlantique. « Notre limite actuellement, c'est le manque de temps, regrette Daniel Rezlan. Nous avons beaucoup de contacts mails il faut du temps pour les développer. » Pour accélérer son développement commercial, IDECSI, qui compte déjà 9 salariés, veut doubler ses effectifs dans les mois qui viennent.

View source


Additional coverage...

Global stories

  • Hack of Amy Pascal Emails at Sony Pictures Stuns Industry

    The world got an unintended reveal in the form of thousands of Ms. Pascal’s emails, released as part of a hacking attack against the Sony Corp. unit by an anonymous group calling itself Guardians of Peace. As corporate anthropology, the trove is a once-in-a-lifetime find. And its contents might soothe senior executives in less-sexy businesses. Like the rest of us, Ms. Pascal faces plenty of political struggles, boring meetings and email threads that never seem to end.

    The Wall street journal – Nov. 2014

  • Angelina Jolie called 'minimally talented spoiled brat' in hacked Sony emails

    Hackers With Apparent Investment Banking Background Target Biotech. In each case, the links or attachments redirected their victim to a fake email login page, designed to steal the victim’s credentials, so that the attacker could log into their email and read the contents…They simply read a person’s emails and set rules for the infiltrated inboxes to automatically delete any email that contains words such as “hacked”, “phished” or “malware”, to increase the time before their victims learn their accounts have been compromised…the senior roles they target have enough juicy information in their inbox.

    The Guardian - Dec 2014